Explication des mots de patois contenus dans ce manuscrit

Basselle : Jeune fille.

Boseré - boserées: Jeune garçon – petite fille.

Coriotte : Ficelle.

Couaroïl : Veillée d’hiver passée en communauté pendant laquelle, après avoir « débarrassé » la table, se tenaient mille réjouissances : dayots, daillements, etc.. 

Couaroïller : En patois lorrain : bavarder, commérer.

Covot – Coveaut : Sorte de chaufferette en cuivre.

Creignes : Explication analogue aux couaroïls.

Creigneuses : Personnes faisant partie du creigne, ayant pour patronne Sainte Agathe.

Crémiat : Chandelles fumeuses éclairant les réunions.

Croppechon (s’asseoir à) : S’asseoir sur les talons.

Daraye : C’était une pâte un peu mince allongée sur un plateau rond et couvert d’un mélange de fromage blanc, de crème douce et d’œufs bien débattus.

Dayement – Dayemants - Dayots  :
Sorte de conversations parfois bien sottes, parfois incongrues, parfois aussi semées de traits d’esprit, de réparties fines se passant pendant les couaroïls.
C’était un jeu de société très répandu dans la région toute la région lorraine. Pendant les longues veillées d’hiver, jeunes gens ou jeunes filles allaient sous les fenêtres des maisons où il y avait un « poêlage » pour échanger avec les veilleurs quelques bons propos, quelques quatrains plus ou moins bien tournés.Cette joute oratoire était empreinte presque d’amour, mais aussi de grâce, de charme et de poésie. Cependant il n’en était pas toujours ainsi et quelquefois l’on se disait de part et d’autre des mots un peu lestes et un peu crus. Cette dégénérescence des « dayots » avait amené l’Église à les condamner. Voici quelques « dayemants » que l’on récitait. Après avoir frappé aux volets, « les dayeurs » disaient en déguisant leur voix pour éveiller la curiosité des gens de la maison :
-« je venons dayer »

Les veilleurs répondaient :
-« Vous qui êtes dehors et nos dedans, commencez premièrement.

Dayeurs : L’autre jour en passant par votre cour
J’ai laissé tomber un grain de mes amours
Je viens voir s’il est fleuri ou reverdi ?

Veilleurs : Il n’est ni fleuri, ni reverdi
Vos amours ne sont point ici

Dayeurs : Je viens voir si vous avez des filles
Où des garçons à Marie
Si vous en avez, dites que oui,
Si vous n’en avez point, dites que non
Nous retournerons avec nos compagnons.

Veilleurs : Si nous en avons, nous les marierons
Quand il sera l’heure et la saison

Dayeurs : Vous qui êtes et si savant
Pourriez-vous me dire combien
Il y a d’étoiles au firmament

Veilleurs : Apportez-moi un plat et un râteau d’or
J’aurai aussitôt fini de les ramasser
Que vous de les compter

Voici encore d’autres « dayots » notés au hasard

Dayeurs : Bonjour Monsieur, Bicbac, Titactonneur.
Je viens voir si vous voulez bibac-titactonner mes souliers
Si vous ne voulez pas bibac-titactonner mes souliers
J’irai chez an autre bicbac-titactonneur.
Qui les bibac-titactonnera mieux que vous

  Je vous vends ma p’tite serpette
Qui est si belle et si joliette
Celui qui l’a faite
Est un amoureux parfait…

Fiavon : Même procédé que la daraye, sans sucre, mais salé.

Gogotte : Coccinelle. La coccinelle a dû être un insecte consacré à la divinité Agathe, de couleur rouge écarlate, les sept taches noires devaient symboliser les sept mois de la saison hivernale.

Mjin : Tarte analogue à la daraye.

Mochot : Moineau.

Pains de Saint Blaise : Pains longs et étroits.

Passer les portes : Sortir de la ville pour aller se promener.

Pochattes : Fruits de l’églantier.

Poirottes, pommettes : Fruits de l’aubépine qu’on nomme en français : cenelles (baies rouges) « bianche-pène »

Prunellier : Épine noire « neure-pène » (baies bleus fonçé).