MA MÈRE

À la Mémoire
de ma bien-aimée Mère
née à Metz le 15 février 1852
Envolée vers le ciel
le 19 août 1876
À l’âge de 23 ans

 

Ma Mère
Fleur toute de printemps,
Gracieuse douce et fragile
De toutes parts la Vie
En fit la conquête facile
Ses qualités aimables
Sa voix, sa main, son cœur, son âme
Charmaient les soirées familiales
Mais rien n’avait d’égal
Que ses vertus, s’enchantant à l’aurore d’un beau jour.
Pieuse, elle aimait Dieu
Et la Vierge la vit partout
Au pied de ses autels
À genoux.
Sa main bienfaisante
Calmait la souffrance.
Et d’un sourire
Et d’une obole
Telle une chaste caresse
De son cœur, pur et fort
En était toute la tendresse.
Et l’écho de son être
Jaillissant à pleins bords
À mon âme s’arrêta.
Comme le signe de l’Alliance, comme une vague frémissante Comme un testament d’Amour :
« Elle était si bonne,
Si douce,
Si pieuse
Si belle. »
Souviens-t’en toujours.