Découvertes Aubry-Boissard

L’orfèvre Jean Aubry, beau-père de Boissard, bâtit dans la rue Fournirue un splendide petit Hôtel RenaissanceDécoré de quatre bustes, deux représentant vraisemblablement Aubry et sa femme, les deux autres Boissard et sa femme bâti en 1575. Je suppose qu’il y découvrit dans les fondations un nombre assez considérable d’antiques sont il décora la cour intérieure de cet immeuble, car en cette même année 1575 fut découvert une base de colonne, sur l’origine de laquelle on ne possède aucun renseignement précis, elle fut recueillie par l’orfèvre messin Jean Aubry beau-père de Boissard. Le petit monument, qui servait alors de base à une colonne supportant elle-même une rampe d’escalier, subsista pendant deux siècles dans la cour du sieur Peltre qui occupait la vieille maison dudit Jean Aubry « en haut rue Fournirue au-dessous de la ruelle qui va derrière Saint Gorgon ».

L’orfèvre Jean Aubry recueillit d’autres monuments de l’époque romaine :
Une tête d’Apollon en marbre blanc,
Une stèle et une seconde qui était surmontée d’un fronton triangulaire, orné de feuillage.
Le tout fut offert en 1843 au Musée de la Ville par le propriétaire, Mr Laporte. J’en excepte certaines pierres sculptées qui se trouvent encore, décorant les voûtes de la Librairie Bonne Presse, mais surtout un bas-relief en pierre représentant une Chasse au lion, dont Aubry décora le frontispice de la porte d’entrée, ce bas-relief est une merveille et suscite l’enthousiasme des archéologues.

En 1841 en bas de la rue on découvrit les restes d’une porte monumentale dont le pavé, à 4 mètres de profondeur était fait de grandes dalles avec traces profondes d’ornières de voitures.

Un temple, le Forum, Place Saint-Jacques sont déjà cités.