Le plus vieux quartier
et la plus ancienne maison
de la ville de Metz

 

1re partie

De la Préhistoire
au règne de Charlemagne

 

Notre Pays Messin au passé prestigieux semble remonter à la plus haute Antiquité, comme le témoignent différents vestiges préhistoriques qui l’entourent : Rudemont et son enceinte fortifiée près de Novéant, le Foyot dominant Rozérieulles, les Rochers de la Phraze encadrant Dornot, où plusieurs grottes furent découvertes, l'une contenait une tête humaine, les forêts de Châtaigniers et de Chênes à Vaux, où l'on trouve quantité d'objets datant de l'âge de la pierre.

La fondation de Metz d’après les historiens remonterait à la guerre de Troie vers 1190 avant Jésus-Christ.

À l’âge de fer cette région était occupée par les Gaulois d’origine celtique, peuplade sauvage très primitive, belliqueuse et avantagée par sa résistance physique vivant, comme nous l’apprenions en classe dans des grottes ou des maredelles (trous recouverts de branchages). Puis se formèrent les Médiomatriques, s’adjoignant à ces peuplades. Plus tard, ces tribus furent appelées par Vercingétorix pour le dégager D’alésia. Les Médiomatriques y coururent, mais ne purent qu’assister à la défaite du grand chef. Les Romains victorieux après la bataille d’Alésia, civilisèrent le pays et s’installèrent en Gaule. Les habitants purent pourtant conserver leur langue, leur religion, leurs prêtres (druides).

N’accordons qu’une croyance relative à Bégin qui prétend à l’existence d’un dolmen (au sommet de la butte rue Haute Sainte-Croix).