— Dagobert –

De ces temps héroïques nous reste le souvenir d’une figure légendaire, celle du jeune prince Dagobert (628-639). Je le vois circulant avec son précepteur ArnoudArnoud , qui de son mariage avec ODA devint grand-père de Pépin-le-Bref, puis de Charlemagne, qui mit fin à la royauté mérovingienne. On garda d’Arnoud devenu évêque à Metz, au musée de la Cathédrale, son anneau pastoral qui, perdu, fut retrouvé pendant un repas à l’évêché dans le ventre d’un poisson. ; dans ces immenses sallesCelles-ci devenues caves, on y accède encore de nos jours par une porte cintrée et un escalier pourvu de marches énormes. jetant un regard bienveillant sur ses soldats qui, après avoir fait office de veilleurs sur le chemin de ronde, descendaient s’y délasser. Le jeune prince est encore vêtu de la toge romaine,dont deux agrafes d’argent serties de perles la retiennent au-dessus de l’épaule et portant au cou la lourde chaîne d’or, cadeau d’Eloi, le grand orfèvre de Fournirue. Ses promenades le conduisirent devant un célèbre artisan drapier de cette rue. Il s’extasie sur la splendeur des étoffes. On prétend même qu’alors, Eloi, l’accompagnant, lui fit la fameuse réflexion survivant aux siècles « Sire, votre culotte est à l’envers ». N’affirmons pas (étant donné la ladrerie du roi) que les artisans ne lui en offrirent pas une. Et le roi put ajouter, regardant malicieusement son fidèle ami « Eloi, je l’ai remise à l’endroit ».